Entretien d’embauche : les phrases à ne pas prononcer

Un entretien d’embauche est souvent jalonné de pièges. Votre candidature a été retenue et vous vous apprêtez à faire face à un recruteur désireux de savoir si l’alchimie entre vous, le poste et l’entreprise pourra s’opérer. Le plus dur reste donc à faire : l’entretien d’embauche.

Voici les erreurs à ne pas commettre :

La mauvaise impression : Vous devez faire attention à la façon dont vous vous présentez au standard. Il n’est pas rare qu’un recruteur sollicite son assistante sur son ressenti vis-à-vis de l’image véhiculée par le candidat.

Téléphoner pendant l’attente : Vous ne savez jamais qui peut passer devant vous et vous devez donc toujours rester neutre et posé.

L’improvisation : La préparation d’un entretien est d’autant plus fondamentale qu’à l’heure d’internet il est inexcusable que vous ne vous soyez pas renseigné un minimum.

Le manque d’écoute : Il est préférable d’écouter le recruteur avant de prendre la parole. Il vaut mieux laisser la direction de l’entretien à un recruteur qui, dans le cas contraire, considèrera que vous n’êtes pas à l’écoute.

La propension à digresser : Toute la difficulté réside dans le fait d’être bref et concis. Si le recruteur a besoin de détails, soyez-sûr qu’il vous le demandera.

L’arrogance : Les comportements arrogants sont à proscrire. La nuance entre un candidat arrogant et un candidat sûr de lui s’observe au niveau de l’argumentation. Il ne faut pas se contenter d’affirmations, mais les étayer par des exemples concrets, des réalisations, des données chiffrées…qui confortent les propos.

Le manque de curiosité : Il vaut toujours mieux avoir une question en réserve. Si le recruteur a répondu à toutes vos interrogations , vous pouvez par exemple toujours ouvrir sur la suite du processus de recrutement, ses modalités.

La critique à tort et à travers : Attention à ne pas verser dans le dénigrement. Il faut être capable, c’est-à-dire à l’aise dans l’explication d’une mauvaise expérience. Évitez tout jugement de valeur et contentez vous de rester factuel.

Le mensonge : Évitez de mentir sur votre rémunération. Inutile de gonfler son salaire actuel car de plus en plus d’entreprises demandent des attestations de salaires. Il est donc convenable d’afficher sans complexes son salaire actuel et ses prétentions.

L’autodénigrement : Les recruteurs sont parfois surpris par les discours défaitistes voir négatifs de candidats dont ils ont vraiment l’impression qu’ils ont vraiment subi leur parcours, l’ont vécu par défaut.

Raconter sa vie : Attention à ne pas tomber dans l’excès de familiarité et à commencer à vous épancher sur votre vie personnelle. La vie personnelle constitue un terrain terriblement glissant sur lequel on a peu de chance de convaincre et sur lequel il est très dangereux de s’aventurer de son propre chef.

Etre trop pressé : N’allez pas trop vite en besogne. Même si vous voulez montrer que vous êtes ambitieux et que vous aimez vous fixer des objectifs, faites attention à ne pas passer pour une personne présomptueuse qui prétend à mieux alors que vous n’avez même pas encore décroché le poste.

Retour aux actus