Les pièges à éviter pour réussir votre retour chez un ex-employeur

Ressources humaines. Rien ne vous interdit de revenir dans votre ancienne entreprise. Loin de représenter un pas en arrière, ces allers-retours riment souvent avec progression de carrière. Mais certaines conditions doivent être réunies pour que ce come-back soit couronné de succès.
Un petit tour et puis… revient ! Réintégrer une entreprise que l’on a quittée quelques années plus tôt n’est pas une démarche ordinaire. Certains cabinets de recrutement vont même jusqu’à déconseiller ce genre de parcours.

Maintenez le contact pour faciliter le retour

Bien évidemment, la condition sine qua non pour postuler dans son ancienne entreprise est d’être parti en bons termes et non en claquant la porte. Les démissionnaires doivent avoir pris soin d’expliquer clairement les raisons de leur départ s’ils souhaitent revenir dans l’entreprise. Maintenir le contact est primordial. À minima, il est conseillé de tenir au courant son ancien employeur de son évolution professionnelle. Et avant même de rencontrer le responsable des ressources humaines, il est recommandé de mener une petite enquête sur ce qu’est devenue l’entreprise et sur les éventuelles modifications de l’organisation commerciale.

Mettez en avant votre valeur ajoutée

Même si ce “recrutement bis” ne s’apparente pas tout à fait à une embauche classique, il ne doit pas être sous-estimé pour autant. Le manager, parce qu’il est parti, devra d’autant plus prouver sa motivation. Sachez que le retour effectif des managers peut prendre plusieurs mois de réflexion et être ponctué par de nombreux entretiens. Réfléchissez alors aux attentes des équipes commerciales et aux nouvelles compétences que vous avez acquises pendant votre absence. Mais, pour que vous puissiez apporter une réelle valeur ajoutée à l’entreprise, vous devez disposer d’une expérience d’au minimum deux ans à l’extérieur.

Restez humble tout en imposant vos marques

La pire erreur serait de penser que vous allez retrouver l’entreprise telle que vous l’avez quittée. Sachez être discret quant à votre parenthèse professionnelle et évitez de croire au retour de l’enfant prodigue. L’humilité est la condition-clé d’un retour réussi. Pas question de jouer à “monsieur je sais tout” parce qu’on a déjà une expérience dans l’entreprise.

Ne reprenez pas vos anciennes habitudes

Par rapport à un nouveau venu, votre temps d’adaptation sera sûrement plus court, car vous connaissez déjà la maison. Mais attention de ne pas prendre des initiatives précipitées ou de faire appel à vos anciennes routines de travail. N’hésitez pas à faire des mises au point régulières avec votre hiérarchie et vos équipes, afin de vérifier que vous prenez le bon cap face à cette entreprise qui a changé en votre absence. N’oubliez pas qu’il s’agit de votre deuxième recrutement et sûrement de votre dernière chance.

Magazine Action Commerciale

Retour aux actus