Témoignage de Mme Arnaud Weill Christine

Mme Arnaud Weill Christine en mission chez Fujifilm

« Etre manager de transition, c’est être celui ou celle qui fait bouger le curseur, qui met l’huile dans les rouages et qui réinsuffle la culture du résultats à des équipes ou à des managers qui n’ont plus assez de recul pour aller à l’essentiel et faire avancer les projets. C’est la personne à laquelle vont se référer les acteurs et les décideurs, que ce soit dans un contexte d’évolution des structures et des stratégies ou dans une simple redimensionnement de fonction.

C’est très valorisant de pouvoir en peu de temps imprimer sa marque et dénouer les fils de ce qui pouvait sembler inextricable. Le manager de transition n’a pas le poids de l’histoire, ne  fait pas de politique, n’a aucun plan de carrière à préserver, son regard est neuf, il s’enrichit de toutes les rencontres, de tous les succès et de toutes les résolutions de problèmes. Son positionnement est particulier, il gère sa mission et fait dans le même temps des recommandations pour faire progresser l’environnement social, humain et managérial de l’entreprise, qu’elle soit grande ou petite. Le manager de transition sait que quel que soit le domaine, les problématiques humaines et sociales sont les mêmes et il peut fonctionner par analogie sans être jamais prisonnier d’aucun schéma préétabli.

A 51 ans, j’exerce cette fonction aussi bien comme Directeur des Ressources Humaines que comme Directeur des Relations Sociales depuis 7 ans. J’ai pu ainsi mettre en place la fonction ressources humaines dans des filiales de groupes internationaux qui se développait en France ou des PME, gérer des fusions-acquisitions-absorptions, voire des externalisation d’activité, procéder à des réorganisations, fluidifier le dialogue social… avec toujours à l’esprit l’équilibre parfois délicat entre les enjeux business, les aspirations du dirigeant et les attentes des collaborateurs et des partenaires sociaux.

Les consultants de Groupe Transition se sont montrés à mon écoute, pour partager les réussites et réfléchir quand ont pu apparaître les questionnements. »