Une rupture du contrat de travail temporaire est-elle possible ?

A moins qu’elle ne se produise pendant la période d’essai, la rupture du contrat de travail temporaire ne peut intervenir qu’en cas de faute grave du salarié ou en cas de force majeure.

En cas de rupture prématurée du contrat à l’initiative du salarié, celui-ci ne percevra pas d’indemnité de fin de mission. L’entreprise utilisatrice pourra alors lui demander des dommages et intérêts correspondants au préjudice subi.

Si le salarié a conclu un CDI au cours de sa mission, il peut rompre son contrat de travail temporaire de façon anticipée, sans que cette rupture ne l’expose à d’éventuelles poursuites.

Il devra cependant respecter un préavis d’1 jour par semaine, dans une limite de 2 semaines. Ce préavis sera calculé sur la durée totale du contrat à terme précis (renouvellement inclus), ou sur la durée déjà effectuée si le contrat est à durée minimale. Dans ce cas, la période ne peut être inférieure à 1 jour.

Pour plus d’informations concernant le contrat de travail temporaire : www.travail-emploi-sante.gouv.fr/informations-pratiques,89/fiches-pratiques,91/contrats,109/le-contrat-de-travail-temporaire,982.html

Retour aux actus